Just one ride.

Puisque le graphite m’est assez familier, donc, comme vous aurez pu le constater si vous avez lu mon billet précédent, j’ai eu envie de m’attaquer à une grosse pièce.
Par « grosse », j’entends un A4 complet. Oui, c’est énorme pour moi, je bosse généralement en A5, pour des tas de raisons dont, entre autres, le fait que je ne fasse pas de décor (et qu’en A4, ça fait tout de suite plus vide), et que j’ai une peur monstre des contours « longs » (je ne sais toujours pas dessiner en un trait, je fais toujours de minuscules micro-traits qui se rejoignent pour former des lignes… une technique bien pratique pour la composition, mais pas pour les finitions).

Du coup, ça a été une des idées que j’ai en tête depuis des années, et que même si à la base, je n’avais pas exactement prévu ça (je voulais un cheval squelette… mais en fait, c’est pas beau, le squelette d’un cheval, et peindre un squelette sur une silhouette ‘pleine’, ça me tentait moyen, surtout qu’après une recherche rapide sur Google, j’ai vu que ça se faisait pas mal, alors bon…), je suis assez contente.
Parce que j’ai réussi à faire un truc assez complet visuellement (même si j’aurai adoré pouvoir mettre un fond de carousel, quoi, un minimum), sans tout dégueulasser avec ma main (ben ouais). Pour la petite histoire, j’ai changé 3 fois de gant en cours de réalisation, et un 4° n’aurait pas été superflu (j’ai fini sans poser la main du tout en fait… et je maîtrise pas du tout cette position).

Et je crois que ce personnage va souvent réapparaître dans mes prochaines illustrations.
Il me fait penser à une grown-up version de mon fils (qui a toujours eu un visage très proche de ceux que je dessine, ça nous a choqué à la naissance), et ça serait vachement classe (et pas du tout original, mais c’est pas grave) de prendre mon propre fils comme muse (qu’il serve à quelque chose, au moins).

Bon, le discours chiant est terminé, voici ‘Just one ride‘ :

(cliquez pour l'agrandir, en petit les ombrages se bouffent entre eux)

(cliquez pour l’agrandir, en petit les ombrages se bouffent entre eux)

Graphite sur papier 220g/m2, A4.
(pas d’encre! Les contours sont au graphite aussi, le seul moyen pour ne pas tout saccager si je foire mon trait :p )
Pour les plus curieux, la quasi totalité est faite au critérium 2B, les contours au critérium HB et les détails dans les cheveux du garçon au crayon 5H (j’ai pas trouvé de mines de cette dureté pour mes critériums, si vous avez des infos je suis preneuse!). Avec des estompeurs ‘buvard’ bien sûr (les estompeurs ‘papier’ c’est de la merde, ça étale au lieu de fondre les teintes), la gomme mie de pain, le crayon-gomme, et ma fidèle bombe de fixateur pour pas tout étaler par mégarde!

Voilà voilà, à bientôt!

Publicités

Une réflexion sur “Just one ride.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s