INKtober2o15 [Dreamless] : troisième récap’!

Voici l’heure du 3° récap’ des INKtober de la semaine, je tiens toujours le rythme même si j’ai l’impression de tourner en rond.

J’ai refait apparaître ma petite ombre, à la base elle ne devait pas être aussi présente mais à force de penser à cette histoire, j’ai eu envie de lui donner un rôle un peu plus important.
Je pioche vraiment dans mon expérience personnelle pour ce projet, même si je voulais faire quelque chose de totalement fictif, je m’y investis plus que prévu ;)

#Day18 : The wail.
#Day18 : The wail.
#Day19 : Quiet, at last.
#Day19 : Quiet, at last.
#Day20 : Not again (the bloodflies).
#Day20 : Not again (the bloodflies).
#Day21 : The two-headed crow.
#Day21 : The two-headed crow.
#Day22 : Why down again?
#Day22 : Why down again?
#Day23 : Is it over?
#Day23 : Is it over?

Je crois que pour l’instant, ma préférée est la 19 (Quiet, at last). La plus personnelle bien sûr, mais j’ai vraiment aimé jouer avec la transparence et la pose (même si je me suis un peu foirée sur le visage de Tilly -le mystère est levé sur son prénom, youpi).

Je n’ai pas pu m’empêcher de mettre mon corbeau à deux têtes, le logo de Mugeen Games. Ca me paraissait approprié, en plus d’avoir une nouvelle bête chelou (ça faisait longtemps que je n’en avais pas fait), de faire une petite allusion à notre team, celle qui avait créé le premier Dreamless.

Bon, sinon, j’avais envisagé de réunir les 31 illustrations en un recueil, qui serait réalisé via un financement participatif (Ulule, Kickstarter ou autre), et vu que ça a l’air de pas mal plaire, je me dis que c’est peut-être jouable.
Qu’en pensez-vous, seriez-vous motivés pour m’aider là-dessus?
Rien n’est décidé encore, j’attends d’avoir terminé pour vraiment y réfléchir, mais avoir des avis à ce propos m’aiderait beaucoup dans cette réflexion ;)

A bientôt, et merci encore de me suivre, même si vous êtes peu nombreux à venir sur le blog!

Advertisements

Dreamless : an INKredible tale.

Bonjour à tous!
Le mois d’Octobre vient de commencer, et avec lui, le challenge #INKtober , que je compte bien relever cette année encore.

Juste pour rappel, le INKtober consiste à réaliser un dessin à l’encre, chaque jour du mois d’Octobre (donc, puisque je suis super balaise en maths, 31 dessins au total).
J’ai adoré le faire l’an dernier, puisque cela m’a permis de découvrir le potentiel d’un simple stylo pour dessiner.
Entre temps, j’ai poursuivi mes expérimentations à l’encre, et suis tombée amoureuse du dotwork.

Cette année, j’ai voulu me trouver un thème général, plutôt que de partir à la recherche d’un sujet tous les matins.

Et j’ai donc le plaisir de vous annoncer que je suis complètement dingue, et que j’ai décidé de créer…
dreamless_title01

Dreamless, c’est mon projet d’amour. A la base, c’est un jeu vidéo. On a commencé à le développer en 2o13 avec la team Mugeen Games, mais nos emplois du temps, à tous, nous ont forcé à mettre le projet en suspens.
De mon côté, il était hors de question de le laisser tomber, même si sa version publique est très légère, il y a derrière beaucoup de travail notamment sur l’univers de ce jeu.
Dreamless est une histoire, une vraie (pas une histoire vraie, encore que), et je vais vous en raconter une partie.

Chaque jour pendant ce mois d’Octobre, je vais donc dessiner un petit carré à l’encre, et au final, ces 31 illustrations raconteront un petit bout de l’histoire de Victor.
Et si tout se passe comme prévu, il y aura beaucoup d’allusions à d’autres de mes projets, passés ou futurs.

On commence avec une petite présentation de Victor, le “rêveur” :
InstagramCapture_07b434c7-4ce1-4d9c-81f5-4c678c8cad34

(Alors avant que ça ne parte en vrille : non, ce n’est pas une histoire d’abus d’enfant, de violence, de réfugiés ou autres. C’est une histoire de cauchemars. Et de psychose, un peu.)

Just one ride.

Puisque le graphite m’est assez familier, donc, comme vous aurez pu le constater si vous avez lu mon billet précédent, j’ai eu envie de m’attaquer à une grosse pièce.
Par “grosse”, j’entends un A4 complet. Oui, c’est énorme pour moi, je bosse généralement en A5, pour des tas de raisons dont, entre autres, le fait que je ne fasse pas de décor (et qu’en A4, ça fait tout de suite plus vide), et que j’ai une peur monstre des contours “longs” (je ne sais toujours pas dessiner en un trait, je fais toujours de minuscules micro-traits qui se rejoignent pour former des lignes… une technique bien pratique pour la composition, mais pas pour les finitions).

Du coup, ça a été une des idées que j’ai en tête depuis des années, et que même si à la base, je n’avais pas exactement prévu ça (je voulais un cheval squelette… mais en fait, c’est pas beau, le squelette d’un cheval, et peindre un squelette sur une silhouette ‘pleine’, ça me tentait moyen, surtout qu’après une recherche rapide sur Google, j’ai vu que ça se faisait pas mal, alors bon…), je suis assez contente.
Parce que j’ai réussi à faire un truc assez complet visuellement (même si j’aurai adoré pouvoir mettre un fond de carousel, quoi, un minimum), sans tout dégueulasser avec ma main (ben ouais). Pour la petite histoire, j’ai changé 3 fois de gant en cours de réalisation, et un 4° n’aurait pas été superflu (j’ai fini sans poser la main du tout en fait… et je maîtrise pas du tout cette position).

Et je crois que ce personnage va souvent réapparaître dans mes prochaines illustrations.
Il me fait penser à une grown-up version de mon fils (qui a toujours eu un visage très proche de ceux que je dessine, ça nous a choqué à la naissance), et ça serait vachement classe (et pas du tout original, mais c’est pas grave) de prendre mon propre fils comme muse (qu’il serve à quelque chose, au moins).

Bon, le discours chiant est terminé, voici ‘Just one ride‘ :

(cliquez pour l'agrandir, en petit les ombrages se bouffent entre eux)
(cliquez pour l’agrandir, en petit les ombrages se bouffent entre eux)

Graphite sur papier 220g/m2, A4.
(pas d’encre! Les contours sont au graphite aussi, le seul moyen pour ne pas tout saccager si je foire mon trait :p )
Pour les plus curieux, la quasi totalité est faite au critérium 2B, les contours au critérium HB et les détails dans les cheveux du garçon au crayon 5H (j’ai pas trouvé de mines de cette dureté pour mes critériums, si vous avez des infos je suis preneuse!). Avec des estompeurs ‘buvard’ bien sûr (les estompeurs ‘papier’ c’est de la merde, ça étale au lieu de fondre les teintes), la gomme mie de pain, le crayon-gomme, et ma fidèle bombe de fixateur pour pas tout étaler par mégarde!

Voilà voilà, à bientôt!

Set me High

Hey, je sors un peu de mon silence pour vous montrer un petit dessin rapido fait hier!
Je commence à pouvoir sortir un peu sur papier des petits bouts de l’univers que j’ai depuis toujours dans la tête, ça me fait un bien fou.
(c’est d’ailleurs pour ça que je poste rarement en ce moment, la plupart de mes dessins reste à l’état de croquis, et sont généralement un peu trop personnels pour que je les expose, art-thérapie COUCOU)
skeleton001-webPour une fois, l’original ne sera pas mis sur ma boutique, pour cause de micro taches de jus d’abricot (bah ouais), par contre, si des impressions vous intéressent, faites-le moi savoir par mail ou commentaires ;)

Bonne journée!

Lil’ Monster

En faisant du tri dans mes blocs à dessins, j’ai trouvé un vieux croquis datant de 2oo9, une de mes premières tentatives d’illustration jeunesse. Je crois que je l’avais abandonné par manque de temps, mais je l’aimais bien quand même, du coup j’ai eu envie de lui offrir une petite réalisation “au propre” ;)

monster01-webJe ne sais pas encore s’il aura une version couleur.

Si vous êtes intéressés par des prints, laissez-moi un petit message ici ou par mail (contact[@]loupine.fr)!

(et sinon, j’ai encore quelques slots dispos pour des commandes, et il reste plein de choses dans ma boutique Etsy, juste comme ça!)

Kel’Thuzad’s fork, terminée, en détails (et disponible)

Ca y est. J’ai ENFIN terminé.
Enfin, techniquement, il faudrait encore plusieurs heures de paufinage, d’ajustement des densités, pour que ça corresponde vraiment à ce que j’attendais, mais je dois vous avouer qu’au bout d’une vingtaine d’heures passées là-dessus, j’en ai marre.

Cela dit, j’ai adoré faire ça. Un format quasi full A4 en dotwork au stylo 0.05mm, c’était un projet très (trop) ambitieux, mais ça m’a permis de faire beaucoup de détails dans la fourchette, même si je me suis maudite un certain nombre de fois pendant le décor.

Cela m’a permis aussi de réaliser que contrairement aux autres techniques que j’ai pu utiliser jusqu’à présent, le dotwork ne se prête pas forcément aux grands formats, ou alors avec une mine plus épaisse, sous peine de devoir passer 20h dessus et de n’avoir qu’un résultat moyen sur les zones très foncées.

Mais donc, voilà, la Fourchette de Kel’Thuzad est enfin terminée.
L’original est disponible à la vente, envoyez-moi un mail (contact@loupine.fr) si vous êtes intéressé. Il n’y aura aucune repro de faite (hormis la mienne, que je réserve à la chambre de Progéniture, forcément).

Format A4 ajusté, stylo Micron sur papier Daler Rowney 220g/m2, 2o15.
KTfork01-webEt des détails parce que j’aime bien :

KTfork01-details03
Histoire de vous donner une idée de la taille des points. Ce n’est pas une aiguille géante.
KTfork01-details01
La ptite signature-que-jme-la-pète
KTfork01-details02
Plus jamais je ne referai de zones noires au 0.05.

 

Voilà voilà.

Maintenant, je vais tester encore un nouveau truc, mais sans trop m’éloigner de ce que j’ai fait ces derniers temps.

 

Reprise en main et expérimentations.

Bonjour bonjour!

Alors voilà, comme je l’avais annoncé il y a quelques semaines sur Facebook, je reprends en main ce blog pour y mettre un peu tout ce que je fais.
A la base, je ne voulais m’en tenir qu’à une ligne de conduite : publier ici des petits strips et des travaux terminés ou des expérimentations. Me servir de mon site pour mon portfolio pro, et de Facebook/Twitter/Google+ pour tout le reste, notamment les WIPs.

Et puis, finalement, Facebook étant ce qu’il est devenu (non, je ne paierai pas pour qu’on voie mes publications), je préfère à présent m’en servir de support de relais, et publier tout ce que j’avais l’habitude d’y mettre ici, sur mon blog.
Question visibilité, je pense que je vais mieux m’en sortir, et au moins cela restera mon espace purement personnel (genre si j’ai envie de dessiner des boobs, je n’aurai pas à les censurer sous risque de voir ma publication supprimée).

Bref.

J’avais tout un tas de travaux en cours dont j’aurai bien aimé vous montrer l’avancement, mais malheureusement mon précieux smartphone a rendu l’âme. Impossible de le ranimer, je suis en pleine phase de deuil (incroyable à quel point j’ai pu m’attacher à cette chose, moi qui étais tellement contre ce type d’appareil jusqu’à ce que Monsieur m’en offre un…).
Et comme je suis une grosse maniaque du format-carré-filtre-instagram sur les photos de mes WIPs, il faudra attendre que je reçoive le successeur de feu-mon bien-aimé GNII pour que je recommence à vous spammer.
(accessoirement, j’ai aussi perdu les photos de l’anniversaire de Progéniture, vu que j’avais désactivé la sauvegarde par Cloud, et que mon téléphone est mort le lendemain du-dit anniversaire, et je maudis d’autant plus cette addiction à la photo-smartphone alors que j’ai un reflex)
(et que j’ai aussi tendance à perdre les photos de mon reflex quand mes cartes mémoires bug et que j’ai oublié de transférer mes fichiers. Je ne suis pas du tout une fille numérique :D )

 

 

Re-bref.

Entre deux clients, je bosse pas mal sur des projets persos en ce moment.
L’écriture de mon livre avance tout doucement, parce que j’ai trop tendance à enchaîner les expérimentations techniques dès que j’ai un peu de temps, au détriment de mon clavier.

Et au gré de ces expérimentations, j’en suis arrivée à débuter une série d’illustrations. Oui, incroyable, je vais enfin faire une série complète pour avoir éventuellement de quoi proposer lorsqu’on me propose d’exposer (chose que je refuse actuellement, justement parce que je n’ai rien de cohérent à exhiber).
Donc, ma série “Queens of Souls” (nom provisoire), sera basée sur 5 petits portraits au format A5. A priori, ce sera entièrement du traditionnel (je me suis fait une raison, l’artwork numérique n’est pas vraiment dans mes cordes -trop de temps passé, trop peu de maîtrise des techniques de peinture numérique, j’y reviendrai quand je me serai convenablement formée).
Mais surtout, ce que j’ai envie de faire, c’est des déclinaisons sur une même base.
J’ai encore du mal à opter pour une seule et même technique et à foncer dans cette voie, et ça me permettra peut-être de choisir, au final, celle qui me conviendra le mieux.
En attendant, j’aime toujours autant l’encre, les crayons de couleur, le graphite pur…
Et donc, je vais utiliser la même base pour avoir des rendus différents, sur (sauf changements) 5 portraits.

Et voici le premier, terminé hier soir, en mélange de dotwork et de traits :

(oui, maintenant je vais coller mon logo et l'url de mon site partout, j'en ai marre de courir après les crédits manquants)
(oui, maintenant je vais coller mon logo et l’url de mon site partout, j’en ai marre de courir après les crédits manquants)

Entre deux nouveaux artworks/WIPs, je vais essayer de poster régulièrement des récapitulatifs de ce que j’ai fait les derniers mois, non seulement ça remplira un peu le blog, mais ça permettra aussi aux personnes qui ne me suivent pas ailleurs (ou ne voient pas mes publis) de voir un peu ce que je bidouille!

A bientôt :)